Le malaise des officines rurales

Le malaise des officines rurales

Christophe Micas
| 31.10.2016

Les officines rurales sont celles qui possèdent « le meilleur taux de substitution et qui dépendent le plus de l’assurance-maladie », souligne Albin Dumas, président de l’Association de pharmacie rurale (APR), à l’occasion du Congrès national des pharmaciens de Nantes. Selon lui, ce sont elles qui souffrent le plus des baisses de prix. Le président de l’association, qui représente 7 000 officines, rappelle en effet que la clientèle de ces pharmacies est fragile, plus...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Partenaires