Deux accords de branche étendus à toute la profession - Du nouveau pour l'emploi des préparateurs

Deux accords de branche étendus à toute la professionDu nouveau pour l'emploi des préparateurs

Fabienne Rizos-Vignal
| 24.10.2016

La publication au « Journal officiel » de l’arrêté portant extension de deux accords de branche conclus en mars 2016 déclenche leur application dès le 14 novembre prochain. L’un porte sur la rémunération des apprentis et la revalorisation de la classification des préparateurs. L’autre sur la formation professionnelle.

À partir du 14 novembre prochain, la rémunération des apprentis et la revalorisation de la classification des préparateurs vont changer.

Les préparateurs fraîchement diplômés accéderont d’emblée au coefficient 240, lequel était précédemment accordé après 2 années au coefficient 230. Ce dernier est, par ailleurs, supprimé. Afin de conserver la progressivité de la classification, deux autres coefficients font leur entrée dans la grille : le 250 après 2 années au...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires