Action de groupe - Les victimes de la Dépakine tirent les premiers

Action de groupeLes victimes de la Dépakine tirent les premiers

03.10.2016

Réclamée de longue date, la class action à la française est officiellement autorisée depuis le 28 septembre. Un décret paru au « Journal officiel » fixe les modalités de ce dispositif prévu par la loi de la Santé. Cela n’a pas échappé à l’APESAC, l’association des victimes de la Dépakine (valproate de sodium), qui a, dès le lendemain, annoncé son intention de déposer un recours collectif contre le Laboratoire Sanofi. Les familles de victimes, qui devraient être une quinzaine...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires