Attentat du 14 juillet à Nice - La petite-fille d'un pharmacien niçois décède lors du drame

Attentat du 14 juillet à NiceLa petite-fille d'un pharmacien niçois décède lors du drame

Didier Doukhan
| 01.09.2016

Amie Vimal est décédée lors de l’attentat du 14 juillet à Nice. Petite-fille d'un pharmacien niçois, elle était âgée de 12 ans et s’apprêtait à rentrer en classe de 4e. Son grand-père a souhaité évoquer sa mémoire et saluer l'élan de solidarité déclenché par le drame.

  • Amie Vimal

Elle était la fille de l’écrivain et rédacteur Thierry Vimal, et la petite-fille de Jean-Pierre Vimal, pharmacien à Nice (pharmacie Jeanne d’Arc) et de son épouse Silvana Vimal.

Amie est l'une des 85 personnes décédées lors du terrible attentat survenu le 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice. « Amie était bien connue du personnel et des clients de la pharmacie, car elle rejoignait souvent l’officine le soir, en sortant de son collège situé tout près, explique son...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires