Un entretien avec Dominique Martin, DG de l’ANSM - « L’Agence n’est pas une forteresse inerte »

Un entretien avec Dominique Martin, DG de l’ANSM« L’Agence n’est pas une forteresse inerte »

Mélanie Maziere
| 20.06.2016

Mis à mal dans un article du « Figaro », le directeur général de l’ANSM répond point par point aux accusations d’incurie de l’établissement. Une situation qui mènerait à une désaffection massive des postes clés et à la mise en danger de la sécurité du médicament.

  • dominique martin

Le Quotidien du pharmacien. « Le Figaro » pointe de nombreux postes vacants à l’ANSM, en particulier des postes clés. Comment expliquez-vous cette désaffection massive ?

Dominique Martin. Les évolutions en cours à l’Agence ne peuvent être caractérisées en ces termes. L’ANSM est un établissement de 1 000 personnes et les postes ouverts au recrutement se trouvent dans une proportion raisonnable. Concernant les postes de directeurs, qui sont plus délicats à pourvoir, la durée...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires