Un entretien avec Javier Gonzalez (Teva) - « Actionnons les bons leviers pour développer le générique »

Un entretien avec Javier Gonzalez (Teva)« Actionnons les bons leviers pour développer le générique »

13.06.2016

Comment développer le marché du générique en France ? Pour Javier Gonzalez, directeur général du pôle Générique et OTC chez Teva Laboratoires, c’est en incitant les médecins à les prescrire et en améliorant la confiance du grand public via une grande campagne de communication que la France pourra rattrapper son retard dans ce domaine par rapport à d’autres pays européens.

  • Javier Gonzalez

Le Quotidien du pharmacien. Les médicaments génériques représentent 33 % du marché du médicament remboursé en France, alors que ce taux dépasse les 75 % au Royaume-Uni et en Allemagne. Comment expliquer ce retard français ?

Javier Gonzalez. En France, le marché du médicament générique est complexe car il est à l’intersection de deux modèles européens différents. Le premier modèle, que l’on rencontre au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, correspond à un marché du générique...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires