Assurance-maladie - La défense de leur « régime local » divise les Alsaciens

Assurance-maladieLa défense de leur « régime local » divise les Alsaciens

Denis Durand de Bousingen
| 26.05.2016

Plusieurs centaines de salariés ont manifesté, samedi, dans les rues de Strasbourg, Colmar et Mulhouse pour défendre le régime local d’assurance-maladie, menacé selon eux par certaines dispositions de la nouvelle loi sur les couvertures complémentaires. Ce régime fait partie, depuis 70 ans, de la vie quotidienne des assurés… comme des pharmaciens, mais ceux-ci ne se bousculent pas pour voler à son secours.

  • Les pharmaciens alsaciens s’émeuvent bien peu des modifications à venir pour le " régime local »

Héritier de l’époque où l’Alsace et la Moselle faisaient partie de l’empire allemand, le régime local fonctionne, depuis l’introduction de la Sécurité Sociale française en 1946, comme un régime complémentaire obligatoire pour les salariés, les retraités et leurs familles du Bas-Rhin, du Haut Rhin et de la Moselle, soit actuellement 2,1 millions de personnes.

Maintes fois réformé mais toujours pérennisé, ce régime prend notamment en charge tous les soins ambulatoires à 90...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires