Assurance-maladie - La défense de leur « régime local » divise les Alsaciens

Assurance-maladieLa défense de leur « régime local » divise les Alsaciens

Denis Durand de Bousingen
| 26.05.2016

Plusieurs centaines de salariés ont manifesté, samedi, dans les rues de Strasbourg, Colmar et Mulhouse pour défendre le régime local d’assurance-maladie, menacé selon eux par certaines dispositions de la nouvelle loi sur les couvertures complémentaires. Ce régime fait partie, depuis 70 ans, de la vie quotidienne des assurés… comme des pharmaciens, mais ceux-ci ne se bousculent pas pour voler à son secours.

  • Les pharmaciens alsaciens s’émeuvent bien peu des modifications à venir pour le " régime local »

Héritier de l’époque où l’Alsace et la Moselle faisaient partie de l’empire allemand, le régime local fonctionne, depuis l’introduction de la Sécurité Sociale française en 1946, comme un régime complémentaire obligatoire pour les salariés, les retraités et leurs familles du Bas-Rhin, du Haut Rhin et de la Moselle, soit actuellement 2,1 millions de personnes.

Maintes fois réformé mais toujours pérennisé, ce régime prend notamment en charge tous les soins ambulatoires à 90...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires