Droit du travail - Peut-on licencier un salarié accro du tweet ?

Droit du travailPeut-on licencier un salarié accro du tweet ?

09.05.2016

Twetter n’est pas travailler. Pourtant, la cour d’appel de Chambéry a donné raison à un salarié, jugeant que son licenciement pour excès de tweets était abusif.

  • Au travail aussi, tweet est permis

Trentenaire, votre nouvelle recrue est ultra-connectée, pense en réseau, partage instantanément avec ses followers, y compris pendant le temps de travail, et bouscule le rapport à l’autorité.

Manager la génération Y requiert une certaine dose d’agilité et une capacité à faire le dos rond. À l’officine, que faire quand les « digital natives » tweetent entre deux clients ? Recadrer le jeune collaborateur en lui rappelant quelques impératifs ou reprogrammer le logiciel un peu...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires