Droit du travail - Peut-on licencier un salarié accro du tweet ?

Droit du travailPeut-on licencier un salarié accro du tweet ?

09.05.2016

Twetter n’est pas travailler. Pourtant, la cour d’appel de Chambéry a donné raison à un salarié, jugeant que son licenciement pour excès de tweets était abusif.

  • Au travail aussi, tweet est permis

Trentenaire, votre nouvelle recrue est ultra-connectée, pense en réseau, partage instantanément avec ses followers, y compris pendant le temps de travail, et bouscule le rapport à l’autorité.

Manager la génération Y requiert une certaine dose d’agilité et une capacité à faire le dos rond. À l’officine, que faire quand les « digital natives » tweetent entre deux clients ? Recadrer le jeune collaborateur en lui rappelant quelques impératifs ou reprogrammer le logiciel un peu...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires