Droit du travail - Peut-on licencier un salarié accro du tweet ?

Droit du travailPeut-on licencier un salarié accro du tweet ?

09.05.2016

Twetter n’est pas travailler. Pourtant, la cour d’appel de Chambéry a donné raison à un salarié, jugeant que son licenciement pour excès de tweets était abusif.

  • Au travail aussi, tweet est permis

Trentenaire, votre nouvelle recrue est ultra-connectée, pense en réseau, partage instantanément avec ses followers, y compris pendant le temps de travail, et bouscule le rapport à l’autorité.

Manager la génération Y requiert une certaine dose d’agilité et une capacité à faire le dos rond. À l’officine, que faire quand les « digital natives » tweetent entre deux clients ? Recadrer le jeune collaborateur en lui rappelant quelques impératifs ou reprogrammer le logiciel un peu...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires