Muguet du 1er mai - Un brin toxique

Muguet du 1er maiUn brin toxique

Didier Doukhan
| 02.05.2016
  • Un brin toxique - 1

Depuis hier, dans la plupart des foyers français, il arbore fièrement ses clochettes blanches dans un petit vase, ou - version bourgeoise - dans un pot de terre. Si ce muguet-là n’a qu’un jour, la tradition qui veut qu’on offre la liliacée au premier jour de mai est, elle, plusieurs fois centenaire. Après en avoir reçu en guise de porte-bonheur, le roi Charles IX prit l’habitude, dès 1561, d’en offrir chaque année aux dames de la Cour. Sans doute ignorait-il que ce sympathique présent de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires