Exercer la pharmacie demain - Les étudiants face au risque de l’ubérisation

Exercer la pharmacie demainLes étudiants face au risque de l’ubérisation

Marie Bonte
| 21.04.2016

Les étudiants dessinent les contours de leur futur exercice professionnel en composant avec une menace supplémentaire, celle de l’ubérisation de la pharmacie. Mais les pharmaciens de demain ont déjà leur contre-attaque en poche.

Récemment consultés par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur la pharmacie de demain, les étudiants n’ont pas attendu pour réfléchir à leur avenir et à celui de la profession.

En préambule d’un livre blanc qu’ils aimeraient finaliser pour leur congrès de juin, les futurs pharmaciens tracent déjà quelques pistes de réflexion. Parmi elles, ils évoquent les risques de l’ubérisation de la pharmacie qui planent sur leur exercice professionnel.

Cette menace...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 1 Commentaire
 
Dr Gnon Pharmacien 21.04.2016 à 12h19

La valeur ajoutée est principalement de distribuer , disons délivrer et je l'espère le restera . Casser l'idée de comptoir ne convient pas partout , le tout est de savoir en sortir si besoin , c'est Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires