Le monde aujourd’hui - Tout se jouera en fin d’année

Le monde aujourd’huiTout se jouera en fin d’année

18.04.2016

François Hollande est un amortisseur. Confronté à des jugements et des questions d’une férocité parfois excessive, il a répondu, lors de l’émission télévisée de jeudi dernier sans jamais paraître irrité mais avec l’art de noyer son bilan négatif dans une rhétorique compliquée et confuse. Le message est simple : contrairement à ce qu’il a dit, il n’y aura pas de réforme majeure en 2016. Et c’est à la fin de l’année qu’il décidera de se présenter ou non à un second mandat.

  • La question se pose de l’utilité de ce genre d’émission

Le président de la République entendait tirer le meilleur parti de ce rendez-vous télévisé, il en est resté pour ses frais. Ce qui pose d’ailleurs la question de l’utilité de ces programmes politiques qui ne peuvent être bons que si l’invité a vraiment quelque chose à dire.

Certes, le président de la République n’est pas resté muet, qui a annoncé qu’il n’y aurait pas de loi sur le voile à l’université, contrairement à ce qu’affirmait il y a peu son Premier ministre, qu’il...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires