PHR et Giphar se projettent dans l’avenir - Quelle pharmacie en 2020 ?

PHR et Giphar se projettent dans l’avenirQuelle pharmacie en 2020 ?

18.04.2016

Réunis dans le cadre de Pharmagora, la présidente des Giphar et le président de PHR ont, en compagnie du fondateur de Visiomed, brossé le portait de la pharmacie de 2020. Une officine membre d’un groupement, où les objets connectés seront omniprésents, et dans laquelle le pharmacien travaillera dans une véritable interprofessionnalité. Autant d’évolutions qui vont sans aucun doute modifier en profondeur notre système de santé.

  • Lucien Bennatan (PHR)
  • Laetitia Hible (Giphar)

« La pharmacie en 2020 n’aura plus grand-chose à voir avec l’officine d’aujourd’hui ! » Laëtitia Hible, présidente des Giphar, et Lucien Bennatan, président du groupe PHR, sont totalement en phase sur ce constat. « L’officine de papa est bel et bien morte ». Et pour ces deux présidents de groupements, il appartient donc aux officinaux de se retrousser dès à présent les manches pour construire la pharmacie de demain.

Un futur très proche, puisque « 2020… c’est...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires