À la une - Union sacrée contre la contrefaçon

À la uneUnion sacrée contre la contrefaçon

Didier Doukhan
| 04.04.2016

Un manifeste contre les médicaments falsifiés sera demain officiellement remis à la ministre de la Santé. Ce texte, véritable cri d’alarme et appel à la mobilisation, est lancé conjointement par les trois académies de médecine, de pharmacie, et vétérinaire, ainsi que par les trois Ordres professionnels. Yves Juillet, un des initiateurs du manifeste, explique au « Quotidien » l’essence même de cet appel et précise quel rôle peuvent jouer les pharmaciens dans le combat contre la contrefaçon.

  • Le circuit pharmaceutique reste la meilleure barrière contre la contrefaçon
  • À la une - Union sacrée contre la contrefaçon-2
Le quotidien du pharmacien.- Pourquoi tirer aujourd’hui le signal d’alarme sur le problème des médicaments falsifiés ?

Yves Juillet.- Nous sommes à un moment privilégié. Je ne sais pas si nos récents travaux y sont pour quelque chose, mais le processus de ratification de la Convention Médicrime est en effet, enfin, en cours. Après une première lecture au Sénat, la seconde lecture à l’Assemblée nationale aura lieu dans les prochaines semaines, avec au bout, je l’espère, la ratification.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires