Le monde aujourd’hui. - Hollande : échecs accumulés rien ne va plus

Le monde aujourd’hui.Hollande : échecs accumulés rien ne va plus

04.04.2016

Le retrait de la révision constitutionnelle a sonné le glas des espoirs du président de la République. Il souhaitait montrer qu’il resterait actif, et réformiste, jusqu’au terme de son mandat, il en reste pour ses frais. La loi travail ne se présente pas mieux : les manifestations de jeudi dernier ont été un succès et seront suivies de deux autres journées de protestation nationales en avril. Pour autant, le chef de l’État ne s’estime pas vaincu.

  • Pour un match de rugby, l’entente est parfaite

C’est la droite sénatoriale qui a achevé la déchéance de la nationalité, c’est elle, maintenant, qui vole au secours de la loi travail qu’elle souhaite améliorer en la rendant plus libérale. Mais l’aversion de la gauche pour ce projet est sans appel. De Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, qui exige son retrait, à François Rebsamen, ex-ministre du Travail, qui n’a même pas hésité à critiquer le texte et à saper le peu d’autorité qu’il reste à Myriam El Khomri, il est clair,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires