L’implantation de logiciels externes fait débat

L’implantation de logiciels externes fait débat

Christophe Micas
| 11.03.2016
  • L’implantation de logiciels externes fait débat - 1

Tandis que le Centre national des professionnels de santé (CNPS) met en garde sur les risques d’implantation de logiciels externes dans les postes de travail, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) tient à préciser que la plateforme Almerys, avec qui elle a récemment signé une convention, ne pose pas de problème particulier. « Le dispositif d’acquisition des droits en ligne proposé par Almerys n’est en aucun cas un logiciel espion », insiste son président, Gilles Bonnefond...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Dr Gnon Pharmacien 11.03.2016 à 18h50

On affole tout le monde et après on enquête , au lieu de l'inverse ? ça sert à quoi ? Les élections URPS sont passées . C'est pour l'image ? On l'a déjà , c'est même des clichés ... en vrai ça cache Lire la suite

Répondre
 
pharmeus Pharmacien 11.03.2016 à 17h36

la meilleure façon de le savoir c' est qu'Almerys fournisse le source de son API, ainsi on pourra juger de ce qu'elle fait avec les données du pharmacien

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires