À la une - Huit ans d’études : le projet qui divise

À la uneHuit ans d’études : le projet qui divise

Mélanie Maziere, Marie Bonte
| 07.03.2016

Favorables ou non à l’allongement de la durée des études pour devenir pharmacien d’officine, les officinaux et leurs représentants ont tous un avis tranché sur la question. Pour l’heure, le sujet divise.

  • 5, 6 ou 8 ans d'études : les arguments s'opposent, les avis sont tranchés.

Fin janvier, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) proposait d’allonger la durée des études de pharmacie d’officine afin d’avoir un diplôme correspondant au doctorat tel que défini dans le cadre de l’harmonisation européenne (notre édition du 15 février).

L’Europe prévoit en effet trois grades universels (LMD) : la licence en 3 ans, le master en 5 ans et le doctorat en 8 ans. Problème, en France les six années d’études de pharmacie, en filière...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires