À la une - Un début d’année catastrophique

À la uneUn début d’année catastrophique

Mélanie Maziere, Marie Bonte
| 03.03.2016

Avec un mois de janvier catastrophique pour l’économie des pharmacies et des projections négatives pour l’ensemble de l’année 2016, les syndicats de pharmaciens tapent du poing sur la table. Ils s’accordent aussi sur un point : les compensations imaginées pour faire face aux pertes du réseau sont largement insuffisantes face aux baisses de prix subies.

  • Le passage à l’honoraire à un euro n’a pas suffi à compenser les baisses de prix et la perte pour...

Le passage à l’an 2016, et donc à l’honoraire à un euro, a été accompagné de quelques bugs informatiques (voir encadré). Mais là n’est pas le pire. Le passage de l’honoraire à un euro « a déclenché une catastrophe ». C’est du moins l’analyse de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), qui indique que la marge s’est à nouveau infléchie de 8,3 % au cours du mois de janvier.

« Nous avons perdu près de 41 millions d’euros », s’insurge...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 4 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires