Valproate : la France a manqué de réactivité

Valproate : la France a manqué de réactivité

Charlotte Demarti
| 23.02.2016
  • Valproate : la France a manqué de réactivité - 1

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a mené une enquête concernant les spécialités renfermant du valproate de sodium. La mission fait le constat d’un « manque de réactivité des autorités sanitaires et du principal titulaire de l’autorisation de mise sur le marché (Sanofi-Aventis, N.D.L.R.) », qui ont tardé à informer sur les risques fœtotoxiques du principe actif. Ainsi, en France, « environ 400 enfants souffriraient de malformations congénitales après exposition in utero au...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 5 Commentaires
 
Christine F Pharmacien 24.02.2016 à 12h31

pour ma part, j'ai alerté les médecins prescripteurs et mes patientes dès la première recommandation par l ansm, mais... je me suis heurtée:1- aux prescripteurs qui s'en foutaient, 2- aux patientes Lire la suite

Répondre
 
LAURIANNE M Pharmacien 23.02.2016 à 18h05

Si un jour nous étions enfin rémunérer pour faire notre boulot peut etre que ce genre de choses n'arriverait plus ou beaucoup moins. Lorsque l'on informe sur les risques de tels ou tels traitement et Lire la suite

Répondre
 
NICOLAS T Pharmacien 24.02.2016 à 12h17

il me semble qu'on est déjà rémunéré pour ça ......

Répondre
 
Thilo D Pharmacien 23.02.2016 à 17h19

Autour de chez moi aucun médecin n'est au courant, donc j'aimerais qu'on intensifie encore les boucles d'info!
Et je fais comment avec mes patientes, d'un côté interdiction de délivrer sur Lire la suite

Répondre
 
pharma grognon Pharmacien 23.02.2016 à 16h47

La chronologie est assez intéressante : 2010 pour expliciter les risques, octobre 2014 pour qu’un plan d'action soit mis en place, décembre 2014 et juin 2015 pour des lettres d’informations envoyées Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires