L’APR favorable à une réforme de la filière officine

L’APR favorable à une réforme de la filière officine

Marie Bonte
| 19.02.2016
  • L’APR favorable à une réforme de la filière officine-1

L’Association de pharmacie rurale (APR) approuve l’harmonisation des études de pharmacie suivant le processus européen LMD (licence-master-doctorat) et suggère la création d’un DES (diplôme d’études spécialisées) de pharmacie générale dédié à l’officine et similaire à celui instauré pour les médecins.

« Choisir la facilité du statu quo au prétexte démagogique de refuser une augmentation de la durée des études conduisant au diplôme officinal ne pourrait, à terme, que conduire la...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Ayse B Etudiant en santé 20.02.2016 à 16h00

« 8 ans ? Mais c est peu il en faudrait plus genre une vingtaine d année pour sauver la profession. En augmentant la durée des études vous n aurez plus de problèmes d'impasses vue que vous n aurez plu Lire la suite

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 22.02.2016 à 14h03

Sans compter le coût des années de fac supplémentaires pour l'Etat qui a du mal à se financer .

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires