Cosmétiques : Ségolène Royal s’attaque au MIT

Cosmétiques : Ségolène Royal s’attaque au MIT

Charlotte Demarti
| 19.02.2016
  • Cosmétiques : Ségolène Royal s’attaque au MIT - 1

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, demande à l’Union européenne d’interdire dans les cosmétiques sans rinçage la méthylisothiazolinone (MIT), un conservateur potentiellement responsable d’allergies. Cette requête de la ministre française intervient quelques jours après la publication par l’ONG Women in Europe for a common future (WECF) d’une enquête portant sur 341 cosmétiques pour bébés et dénonçant la présence de cet allergène dans 19 produits, dont sept lingettes. Dans la...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 20.02.2016 à 00h31

« Bravo Ségolène ! Un grand combat pour l'humanité ! Et c'est le premier problème à régler en priorité devant tous les autres !
Moi je propose d'aller encore plus loin en interdisant toutes les grain Lire la suite

Répondre
 
antoine c Pharmacien 19.02.2016 à 17h13

Y a t il du MIT dans la poudre aux yeux?

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires