Cosmétiques pour bébés : des substances à éviter

Cosmétiques pour bébés : des substances à éviter

Charlotte Demarti
| 15.02.2016
  • Cosmétiques pour bébés : des substances à éviter-1

Les produits pour bébés renferment encore trop de substances chimiques potentiellement dangereuses ou allergisantes, selon une étude de l’association WECF (Women in Europe for a Common Future). L’ONG a passé au crible 341 produits pour bébés en juillet et août 2015, vendus en France dans les pharmacies, parapharmacies, supermarchés et dans les magasins bios.

Dans le détail, l’ONG a classé les substances en trois catégories (risque élevé, modéré, faible ou non identifié)...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
pharma grognon Pharmacien 16.02.2016 à 15h52

Selon certains dires, 100% des produits cosmétiques et 100% des produits alimentaires sont à risque élevé...

Répondre
 
LAURENCE G Autre 15.02.2016 à 18h16

Même les laboratoires de produits bio pour bébés refusent de communiquer sur la composition en huiles essentielles contenues dans leurs produits ! sous prétexte d'une qualité Ecocert !!!
Hors Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires