Le monde aujourd’hui. - L’orthographe en crise

Le monde aujourd’hui.L’orthographe en crise

08.02.2016

Comment une réforme de l’orthographe, décidée il y a 26 ans par l’Académie française, mais appliquée a minima dans la vie courante, est-elle devenue ces jours-ci une nouvelle pomme de discorde entre les Français  ? Comme le dit Jean d’Ormesson dans « le Figaro », il semble que l’on assiste à une nouvelle opération « enfumage ». Empêtré dans une controverse au sujet des classes bilangues, le ministère de l’Éducation nationale aurait cherché un dérivatif. C’est réussi.

Les adorateurs de l’orthographe, qui voudraient qu’elle soit figée pour l’éternité, ne décolèrent pas. Ils ne comprennent pas que des décisions prises en 1990 par l’Académie reviennent sur le tapis.

À l’époque, 2 400 changements avaient été prévus, notamment la suppression des traits d’union dans de nombreux cas, l’adaptation de l’orthographe à la phonétique (par exemple, ognon au lieu de oignon), la suppression partielle de l’accent circonflexe, vestige, ou plutôt...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires