Nutrition infantile - Les laits font de la résistance à l’officine

Nutrition infantileLes laits font de la résistance à l’officine

25.01.2016

Proximité, conseil, expertise… Tels sont les atouts mis en avant par l’officine pour maintenir et maîtriser le rayon des laits infantiles au sein du réseau. De fait, plus d’un tiers du marché national est détenu par les pharmacies.

  • légende

Le circuit pharmaceutique occupait 38 % des parts de marché en 2014 en volume sur la catégorie des laits 1er et 2e âge, tous segments confondus. Si une part des laits ne passe que par les officines (Aliments Diététiques Destinés à des Fins Médicales Spéciales ou ADDFMS, laits AR, HA, hydrolysats de protéines de lait de vache ou HPLA…), il n’en reste pas moins une bonne activité au niveau des ventes des autres laits soumis à concurrence, activité qui augmente chaque année.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires