Prix des médicaments - Et si la France ne pouvait plus payer les innovations ?

Prix des médicamentsEt si la France ne pouvait plus payer les innovations ?

Mélanie Maziere
| 14.01.2016

Le Comité économique des produits de santé, qui négocie le prix des médicaments encadrés avec les laboratoires, a partagé ses inquiétudes face aux exigences de certaines entreprises. Alors que la France a toujours réussi à accéder aux innovations thérapeutiques majeures, certaines négociations en cours pourraient ne pas aboutir.

L’innovation thérapeutique est de retour… alors que les contraintes budgétaires n’ont jamais été aussi fortes. Pour la première fois, en décembre dernier, le président du Comité économique des produits de santé (CEPS), Dominique Giorgi, a exprimé ses craintes de ne pas parvenir à un accord concernant trois médicaments innovants pour lesquels les discussions sont en cours. Une déclaration qui fait écho à l’arrivée des traitements de l’hépatite C de l’américain Gilead. D’âpres négociations...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.