Entre avantages et contraintes - Comment rentabiliser une PDA efficace et sécurisée

Entre avantages et contraintesComment rentabiliser une PDA efficace et sécurisée

30.11.2015

La PDA (préparation des doses à administrer) est une opportunité de développement intéressante pour les pharmaciens, mais elle obéit à des règles non écrites de sécurité et de traçabilité fortes et demande une approche très fine des enjeux financiers que cette activité entraîne. L’exercice est plus complexe qu’il n’y paraît.

  • Une aide à l’observance individualisée
  • Des machines adaptées à l'usage officinal

L’Union nationale de pharmacies de France (UNPF) a présenté au début de l’été un livre blanc sur le traitement médicamenteux des personnes âgées dépendantes. L’organisation professionnelle a ainsi posé un certain nombre de recommandations afin de renforcer le rôle du pharmacien et de faire évoluer l’ensemble des acteurs d’une PDA artisanale vers une PDA sécurisée, selon le respect de procédures bien identifiées.

Il est vrai que ce sujet repose depuis longtemps sur un vide...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires