Histoire de la pharmacie - Docteur Albert C. Barnes. De la pharmacie aux cimaises

Histoire de la pharmacieDocteur Albert C. Barnes. De la pharmacie aux cimaises

23.11.2015

Un jour de 1901 un collyre ophtalmique du nom d’Argyrol est mis sur le marché dans la région de Philadelphie aux États-Unis. Quelques années plus tard, en 1922, dans cette même ville, une des plus belles fondations d’art ouvre ses portes. Les deux événements ne sont pas étrangers : le Docteur Barnes (1872-1951), inventeur de l’Argyrol, a mis sa fortune au service de l’art. Voici comment, par la grâce d’un petit collyre bon marché, Matisse et Picasso firent leur entrée outre-Atlantique.

  • Le Bonheur de vivre Room (par Matisse). The Barnes Foundation, Philadelphia
  • Boîte de l'Argyrol, par la A. C. Barnes Company
  • Albert C. Barnes and William James Glackens, circa 1920

Étrange personnage que ce Docteur Barnes… philanthrope solitaire, homme d’affaire de génie, chimiste visionnaire… Il avait une personnalité aussi intrigante qu’exceptionnelle, difficile à cerner. Sa vie est comme un roman, ou plutôt comme une « success story » à l’américaine, auréolée d’une ascension extraordinaire mais assombrie par une fin tragique. Il naît dans une famille des quartiers pauvres de Philadelphie, à Kensington, au même endroit que le grand Rocky Bilboa du cinéma américain...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires