Vivre sans Facebook - Happiness therapy

Vivre sans FacebookHappiness therapy

Mélanie Maziere
| 16.11.2015
  • Scruter la vie des autres peut être déprimant

L’idée est à la mode. Chez les psys, on parle même de « dépression Facebook ». Deux études américaines, menées en 2013 et 2015, ont pointé du doigt le côté déprimant de Facebook. La première montre que le réseau social sape le moral de ses utilisateurs, et que plus ont l’utilise, pire c’est.
La seconde affirme que les statuts les plus joyeux affichés par les usagers sont les plus trompeurs, seuls les statuts déprimants (ou déprimés) exprimant le réel ressenti....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires