Le tour de France des URPS - Défendre les officines de la grande « Aliénor »

Le tour de France des URPSDéfendre les officines de la grande « Aliénor »

09.11.2015

Les pharmaciens d’Aquitaine, du Poitou-Charentes et du Limousin s’apprêtent à élire leurs représentants à l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) de la plus vaste région française. Baromètre de la représentativité syndicale, cette élection ne devrait pas remettre en cause la suprématie régionale de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Néanmoins, c’est dans l’union que les syndicats entendent gérer la future assemblée de l’URPS des pharmaciens.

  • Le tour de France des URPS - Défendre les officines de la grande « Aliénor »-1
  • Catherine Hourtiguet et Jean-Philippe Brégère (USPO)
  • François-Xavier Franchaud (UNPF)
  • François Martial (FSPF)

« Le Projet régional de Santé du Poitou-Charentes est un document de près de 1 000 pages dans lequel pas une fois n’était cité le mot pharmacien, se souvient Jean-Philippe Brégère*, président de l’URPS des pharmaciens du Poitou-Charentes. De même, lors des réunions sur la démographie de la santé, les pharmaciens n’étaient jamais évoqués. Après cinq ans de travail au sein de l’URPS, où nous n’avons jamais manqué une réunion, nous sommes désormais présents et cités partout. »

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires