Deux pharmaciens et un orthopédiste accusés - Une escroquerie à la Sécu de plus d’1,6 million d’euros

Deux pharmaciens et un orthopédiste accusésUne escroquerie à la Sécu de plus d’1,6 million d’euros

Mélanie Maziere
| 22.10.2015

Une nouvelle affaire de fraude à la Sécurité sociale s’abat sur l’île de La Réunion, et plus exactement sur la ville du Tampon. Alors que l’affaire Corège s’éternise devant la justice, c’est au tour d’un couple de pharmaciens et d’un orthopédiste d’affronter la justice. Ils sont accusés d’avoir détourné 1,6 million d’euros à la Sécurité sociale à l’aide d’ordonnances falsifiées et surchargées.

  • Ordonnances falsifiées et surchargées : une nouvelle affaire défraie la chronique sur l'île de La...

Les identités n’ont pas été dévoilées. On parle d’un couple de pharmaciens, Alain H. et son épouse, et d’un orthopédiste-prothésiste, Éric B. Jeudi 8 octobre, les trois prévenus étaient réunis devant le tribunal de Saint-Pierre pour répondre d’une escroquerie en bande organisée contre la Sécurité sociale. Le préjudice est estimé à 1,68 million d’euros. Partie civile, la Caisse générale de la Sécurité sociale (CGSS) de la Réunion a dévoilé les faits début 2010 après trois ans d’enquête....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires