L’assurance-maladie veut redynamiser la substitution générique

L’assurance-maladie veut redynamiser la substitution générique

Christophe Micas
| 20.10.2015
  • Nicolas Revel, directeur général de l'assurance-maladie.

À fin septembre, le taux de substitution des génériques s’élève à 83,2 %, selon les chiffres communiqués par l’assurance-maladie aux syndicats de pharmaciens lors de la dernière commission paritaire nationale (CPN). Neuf départements sur dix ont dépassé les 80 %, a relevé Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), lors du Congrès national des pharmaciens de Reims.

Mais cela ne semble pas suffisant pour le directeur...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 11 Commentaires
 
XAVIER R Pharmacien 20.10.2015 à 19h04

Et pendant ce temps là certains médecins abusent de la mention "Non substituable" ce qui a pour conséquence de faire baisser notre taux de substitution. Que leur dit on à eux .........

Répondre
 
Jérôme Pharmacien 20.10.2015 à 18h07

si nous voulons atteindre les "nouveaux objectifs" pour espérer un ROSP financièrement acceptable, il ne faut plus faire le tiers-payant avec la mention "non substituable".
en plus nous pourrions Lire la suite

Répondre
 
CHRISTOPHE A Pharmacien 20.10.2015 à 17h35

il faut absolument demander une rémunération pour tous les actes hors délivrances de médicaments,creer un DP ok c'est tant, appeler le médecin pour une interaction médicamenteuse, c'est tant, livrer Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 20.10.2015 à 22h41

« Et refuser de délivrer doit aussi être rémunéré .... »

Répondre
 
karine k Pharmacien 20.10.2015 à 16h58

OK, vous nous payez combien pour faire ça ?
Il y a 25-30 ans, le patient venait chercher son traitement, il payait, envoyait sa feuille et dame Sécu se chargeait du remboursement au patient. Puis on Lire la suite

Répondre
 
NICOLE B Pharmacien 20.10.2015 à 17h41

Un seul mot BRAVO

Répondre
 
FABIENNE B Pharmacien 20.10.2015 à 18h19

delphine,on te doit déjà tellement et tu es toujours aussi pertinente;merciiiii

Répondre
 
guy b Pharmacien 20.10.2015 à 16h49

Le plafonnement des remises, la multiplication des TFR, les marchés de dupes qu'on nous impose ne vont pas dans le sens d'une telle affirmation. Difficile de contractualiser avec une Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 20.10.2015 à 22h48

« M. Revel peut être content de lui (il l'est déjà par nature), le piège conventionnel de son prédécesseur fonctionne au delà des espérances, les 5000 pharmacies aveuglément visées fermeront plus tôt Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
camra

Grâce à l’informatique mobile Gardez un oeil sur votre officine

Lutter contre le vol, mais aussi observer sa pharmacie dans son quotidien depuis son smartphone est désormais facile. Mais si les technologies sont aujourd’hui au point, il faut porter son attention à certains obstacles règlementaires et éthiques. 1

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.