Contrefaçon du médicament - L’arsenal juridique contre les trafiquants se renforce lentement

Contrefaçon du médicamentL’arsenal juridique contre les trafiquants se renforce lentement

01.10.2015

La loi durcit les sanctions encourues par les contrefacteurs. La jurisprudence européenne permet dorénavant à un juge d’être compétent, dans certaines conditions, même si le trafic a lieu dans un autre pays.

  • Le trafic de faux médicaments, jusqu'à vingt fois plus lucratif que le trafic de drogue

Pour 1 000 euros investis, un trafiquant de drogue peut espérer gagner 20 000 euros. Dans le même temps, un contrefacteur (tous produits confondus) peut empocher entre 200 000 et 500 000 euros avec la même mise de départ, tout en encourant des peines bien moindres. Bernard Brochand, député « Les Républicains » des Alpes-Maritimes et ancien président du comité national anti-contrefaçon (CNAC) a posé les bases du problème lors d’un récent colloque, à Paris.

La contrefaçon est un fléau...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pharmacien

À la Une La nouvelle marge pour 2019 Abonné

En prévision de l'instauration de nouveaux honoraires de dispensation à partir du 1er janvier 2019, un nouvel arrêté de marge vient de paraître au « Journal officiel ». 3

Partenaires