« Chaque jour, agir pour la santé » - Une nouvelle campagne Biogaran, pour aller plus loin

« Chaque jour, agir pour la santé »Une nouvelle campagne Biogaran, pour aller plus loin

Didier Doukhan
| 03.09.2015

S’appuyant sur les acquis de sa précédente campagne, Biogaran renouvelle et renforce son message à l’intention des patients en diffusant ces jours-ci la première vague d’une nouvelle communication télévisuelle et presse. Avec pour mot d’ordre « Chaque jour, agir pour la santé », le génériqueur français a choisi de miser sur les notions de confiance et de service.

  • Une campagne qui inspire l'émotion et la confiance

• Chez Biogaran, on le rappelle d’emblée : « nous ne sommes pas partis de zéro, car il y avait cette précédente campagne, baptisée « votre santé nous est précieuse » (N.D.L.R., le diamant dans le verre) ». C’est en faisant le bilan d’image de cette campagne que nous avons bâti la nouvelle, explique Isabelle Morin, Directrice marketing et communication du laboratoire. « Cette analyse nous a amenés au constat suivant : la campagne TV présentait une image un peu duelle. D’un côté, celle d’un...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires