Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non

Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non

Charlotte Demarti
| 23.07.2015
  • Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non-1

Depuis le 15 juin 2015, la Caisse primaire d’assurance-maladie du Tarn incite les pharmaciens à appliquer une mesure inédite. Ils sont invités à substituer un princeps même si la mention « non substituable » apparaît sur l’ordonnance. En cas de refus du générique de la part du patient, le pharmacien n'appliquera pas le tiers payant et facturera donc à l’assuré le médicament de marque. « Les organismes sociaux procéderont au remboursement de la part qui leur incombe...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires