Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non

Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non

Charlotte Demarti
| 23.07.2015
  • Substituer de force le « non substituable » ? L’UNPF dit non-1

Depuis le 15 juin 2015, la Caisse primaire d’assurance-maladie du Tarn incite les pharmaciens à appliquer une mesure inédite. Ils sont invités à substituer un princeps même si la mention « non substituable » apparaît sur l’ordonnance. En cas de refus du générique de la part du patient, le pharmacien n'appliquera pas le tiers payant et facturera donc à l’assuré le médicament de marque. « Les organismes sociaux procéderont au remboursement de la part qui leur incombe...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires