Réélue à la présidence de l’Ordre Isabelle Adenot répond au « Quotidien » - « Il faut repenser notre code de déontologie »

Réélue à la présidence de l’Ordre Isabelle Adenot répond au « Quotidien »« Il faut repenser notre code de déontologie »

Didier Doukhan
| 02.07.2015

Au lendemain de sa confortable réélection à la présidence de l’Ordre des pharmaciens, Isabelle Adenot détaille pour « le Quotidien » les priorités d’action de son troisième mandat. Parmi celles-ci, une petite révolution annoncée. La présidente souhaite en effet adapter le code de déontologie des pharmaciens à la faveur des nouvelles conditions d’exercice. Explications.

  • Isabelle Adenot : " Les valeurs du métier resteront, ce sont les modalités qui devront être revues »
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Pouvez-vous résumer ce que seront les priorités d’action de votre nouveau mandat ?

ISABELLE ADENOT.- D’abord, continuer de garantir la compétence des pharmaciens. Cela signifie, par exemple, poursuivre le contrôle du suivi de l’obligation du DPC. Aujourd’hui, sur les deux dernières années, on peut déjà se réjouir du fait que 73 % des pharmaciens ont souscrit à cette obligation. Les pharmaciens sont compétents, et ils doivent le rester. Notre rôle est de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires