Un partenariat entre Satispharma et l’université de Poitiers - Évaluer la satisfaction du client pour l’améliorer

Un partenariat entre Satispharma et l’université de PoitiersÉvaluer la satisfaction du client pour l’améliorer

22.06.2015

Lancées il y a quelques mois, les tablettes Satispharma rencontrent déjà un franc succès, tant auprès des patients/clients que de l’équipe officinale. Afin d’élargir son offre de service, Olivier Berthélémy, son fondateur, a conclu un accord de partenariat avec des chercheurs de l’université de Poitiers.

SATISPHARMA est une solution clés en mains, appréciée des officinaux, qui leur permet d’interroger leur clientèle de manière anonyme, rapide et ludique, grâce à une tablette connectée. Le questionnaire a été conçu pour évaluer les facteurs les plus influents sur la satisfaction et permettre ainsi, au vu des résultats, d’identifier des axes d’amélioration du point de vente.

Satispharma, comme l’explique son fondateur, Olivier Berthélémy, pharmacien, « aide les pharmaciens à apporter...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires