Livres - Des destins de femmes peu ordinaires

LivresDes destins de femmes peu ordinaires

18.06.2015

Lire des romans au long cours est un plaisir que l’on s’accorde surtout en vacances ; le début de l’été est ainsi le moment propice pour choisir ces bons gros « pavés » qui offrent des évasions immobiles.

  • Des destins de femmes peu ordinaires - 1
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 2
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 3
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 4
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 5
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 6
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 7
  • Des destins de femmes peu ordinaires - 8

LES HOMMES aiment parler des femmes et Douglas Kennedy, l’un des écrivains américains préférés des Français, en particulier. Cela tombe bien, puisque, à côté de son nouvel opus, paraît le premier volume de son œuvre romanesque, sous le titre « Des héros ordinaires » (1). Préfacé par l’auteur, l’ouvrage réunit quatre titres sur les douze qu’il a écrits : « Piège nuptial », « l’Homme qui voulait vivre sa vie », « les Désarrois de Ned Allen » et « Rien ne va plus ». Quatre thrillers...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
emploi

À la Une Congés d'été : où sont passés nos remplaçants ? Abonné

La recherche d’un remplaçant estival pour que le titulaire puisse s’échapper quelques semaines de son officine ne porte pas toujours ses fruits. Si les uns estiment que trouver un remplaçant est de plus en plus difficile – voire impossible – d’autres jugent que la situation est identique d’une année sur l’autre. Mais aucun ne nie la difficulté. Commenter

Partenaires