Québec - Des pharmaciens sous influence

QuébecDes pharmaciens sous influence

Mélanie Maziere
| 15.06.2015

La liberté, le droit de propriété et l’indépendance des pharmaciens québécois sont sujets à caution. C’est ce que révèle un mémoire du Conseil de protection des malades qui tire la sonnette d’alarme, à la fois pour les officinaux, les patients et les finances publiques. En cause : des contrats exigeants entre des pharmaciens et des grossistes ou des bannières.

  • Certains contrats entravent la liberté des pharmaciens québécois

LA DIRECTRICE générale de l’Ordre des pharmaciens du Québec, Manon Lambert, est « très préoccupée ». Le « bureau de syndic » travaille sur le dossier. Un dossier que vient tout juste d’alimenter le Conseil de protection des malades, par le biais d’un mémoire rendu public mercredi : « La pharmacie au Québec : une profession sous influence ». Le document pointe des pratiques très limites. Comme le fait que « la vente d’une pharmacie doit se faire avec son partenaire d’affaires », et « en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires