Tunisie : plus de tiers payant en pharmacie après le 7 juillet

Tunisie : plus de tiers payant en pharmacie après le 7 juillet

Didier Doukhan
| 02.06.2015
  • Tunisie : plus de tiers payant en pharmacie après le 7 juillet - 1

À compter du 8 juillet 2015, le système du tiers payant ne sera plus applicable dans les officines tunisiennes. C’est ce que vient d’annoncer le syndicat des propriétaires de pharmacies privées. La convention signée avec la caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) du pays, en juin 2014, prend en effet fin le 7 juillet prochain. Mais celle-ci ne sera pas renouvelée du fait des montants élevés de remboursement que l’organisme doit encore aux officinaux. Le syndicat de pharmaciens assure...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Alain S Pharmacien 02.06.2015 à 19h18

Y a du bon sens et du courage dans la décision des pharmaciens tunisiens.
Mesdames messieurs les responsables syndicaux, vous devriez vous inspirer de nos confrères de l'autre côté de la Lire la suite

Répondre
 
patrick b Pharmacien 02.06.2015 à 17h09

Expliquez à Marisol que le tiers payant est inflationniste , ce qu'elle ne semble pas comprendre !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.