Une pratique menacée par de nouvelles contraintes - La préparation passée au pilon

Une pratique menacée par de nouvelles contraintesLa préparation passée au pilon

28.05.2015

Depuis le 16 mai, il n’est plus possible d’exécuter à l’officine certaines préparations anticancéreuses si aucune demande n’a été effectuée avant cette date auprès de l’ARS. Une contrainte supplémentaire qui pourrait porter un coup fatal à l’ensemble des préparations jusqu’à présent réalisées en pharmacie.

  • Embarassés par de nouvelles règles, les préparateurs broient du noir

DE NOUVELLES restrictions pèsent sur les préparations magistrales. Tout pharmacien souhaitant exécuter des préparations pouvant présenter un risque pour la santé, c’est-à-dire à base de substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR), a dû en faire la demande avant le 16 mai auprès de son agence régionale de santé (ARS). Il en est de même pour les préparations pédiatriques réservées au moins de douze ans, à l’exception des celles à appliquer sur la peau.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires