Des réformes qui passent mal - Tensions extrêmes

Des réformes qui passent malTensions extrêmes

18.05.2015

Qu’est-ce qui explique la soudaine tension qui affecte les débats parlementaires actuels ? À une discussion sur le fond, par exemple au sujet de la loi Macron et de la réforme du collège, s’ajoutent des imprécations venues de la droite et aussitôt contrées par un tir de barrage de la majorité. La raison de cette dégradation du discours politique est simple : tout le monde est déjà en campagne.

  • Hollande avec Castro : un déploiement d’efforst diplomatiques sans précédent

À droite, on a cru bon d’ajouter aux critiques sur le contenu de la réforme proposée par la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, des attaques personnelles auxquelles Nicolas Sarkozy a lui-même contribué. Aussitôt, le gouvernement, Manuel Valls en tête, a décidé d’afficher son soutien à la ministre, ce qui est naturel, mais aussi de la victimiser, choix fréquent à gauche et qui tend à faire accroire que Mme Vallaud-Belkacem ferait l’objet d’une cabale xénophobe, le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.