Communication et esprit d’équipe - Le sport de haut niveau, un modèle pour l’officine ?

Communication et esprit d’équipeLe sport de haut niveau, un modèle pour l’officine ?

27.04.2015

Quels sont les points communs entre une équipe officinale et une équipe de rugby ou de basket de haut niveau ? C’est la question à laquelle l’ancien rugbyman Sébastien Chabal et l’entraîneuse de l’équipe féminine de basket de Serbie, Marina Maljkovic, ont tenté de répondre, lors d’une réunion organisée par le groupement rhônalpin SYNAPS pharma.

  • Jean-Yves Thierry, président de SYNAPS pharma avec Sébastien Chabal

PENDANT ses 16 ans de carrière de rugbyman, Sébastien Chabal a fait partie de nombreuses équipes, en France et en Angleterre. Il en a tiré des enseignements qu’il partage désormais avec les entreprises, notamment les pharmaciens. Invité par le président du groupement SYNAPS pharma, Jean-Yves Thierry, l’ancien joueur d’équipe de France s’est penché sur les ressemblances entre le management d’une équipe officinale et d’une équipe de rugbymen. « Ce que j’ai appris du terrain, c’est que la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires