Le danger est toujours présent

Le danger est toujours présent

20.04.2015
  • Arnaud Lejaille, pharmacien en Meurthe-et-Moselle et historien

Cent ans après la Grande Guerre, les gaz de combats continuent de représenter un vrai danger, aggravé par la corrosion des enveloppes métalliques qui les renferment. Plusieurs millions d’obus chimiques non utilisés furent stockés après la guerre dans des dépôts, mais il en reste énormément qui, non explosés, sont toujours enfouis à proximité du front, de la Mer du Nord au sud des Vosges. Avec le temps, la corrosion détruit le métal renfermant les gaz, d’autant que certains étaient parfois...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 10

Partenaires