1915 : les pharmaciens au cœur de la guerre des gaz

1915 : les pharmaciens au cœur de la guerre des gaz

Denis Durand de Bousingen
| 20.04.2015

Le 22 avril 1915, l’armée allemande lançait en Flandres la première attaque chimique de l’histoire contre les tranchées françaises. Au-delà des pertes et de la panique provoquée par les gaz, cette nouvelle arme allait donner un rôle fondamental aux pharmaciens, tant pour protéger les soldats que pour élaborer de nouvelles substances offensives.

  • Même l’âne, entouré de soldats allemands, porte un masque
  • L’équipement des soldats allemands contre le gaz
  • Dans les tranchées, les soldats se protègent contre l’ypérite

Tous deux passionnés par la Grande Guerre et issus de la faculté de pharmacie de Nancy, Régis Maucolot et Arnaud Lejaille ont consacré, en 1996 et en 1999, leur thèse de doctorat aux pharmaciens dans la guerre des gaz. Installé aujourd’hui en Haute-Savoie, M. Maucolot s’est surtout intéressé aux missions des pharmaciens dans les régiments du secteur de Saint-Mihiel, dont il est originaire (1).

M. Lejaille a travaillé plus globalement sur le rôle des pharmaciens dans la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
baisses de prix

À la Une Dispositifs médicaux : halte aux baisses de prix ! Abonné

Fermement opposés aux baisses tarifaires qui doivent s'appliquer aux dispositifs médicaux (DM), les syndicats des prestataires de santé à domicile ont été reçus le 16 avril, au ministère de la Santé. Jugeant la vision du gouvernement « court-termiste », les acteurs du secteur, dont font partie les officinaux, redoutent de lourdes conséquences pour leur activité comme pour les patients qu'ils... 2

Partenaires