Collecte de médicaments non utilisés - Les Français de plus en plus motivés

Collecte de médicaments non utilisésLes Français de plus en plus motivés

13.04.2015

En dépit de la baisse des ventes de médicaments, la collecte des MNU ne cesse de progresser, preuve qu’elle est désormais intégrée au comportement des Français. Un geste qui est pourtant davantage initié par les publicités à la télévision que par les pharmaciens, comme le révèlent les chiffres diffusés par Cyclamed.

  • La progression du taux de performance est essentiellement due aux campagnes télés

C’EST devenu un réflexe pour la majorité des Français. Selon une étude BVA pour l’association Cyclamed*, 80 % des personnes interrogées déclarent rapporter leurs médicaments non utilisés (MNU) à leur pharmacien, et 55 % affirment même le faire systématiquement. Il y a cinq ans, elles n’étaient respectivement que 72 % et 39 %.

Cette évolution des mentalités se traduit en volumes. Alors que le gisement s’est réduit de 18 % en raison d’une baisse de 1,2 % du nombre de boîtes de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires