L’URPS d’Ile-de-France dresse un premier bilan positif - La carte de coordination de soins, ça marche

L’URPS d’Ile-de-France dresse un premier bilan positifLa carte de coordination de soins, ça marche

David Paitraud
| 13.04.2015

L’URPS de la région Ile-de-France propose un système simple pour faciliter la communication entre les soignants de ville et hospitaliers. Plus d’un an après sa mise en service, la carte de coordination de soins séduit par sa simplicité et son efficacité.

  • Un an après sa mise en service, la carte séduit par sa simplicité et son efficacité

C’EST UNE CARTE en papier, une simple carte de la taille d’un permis de conduire, facile à glisser dans le portefeuille ou dans les étuis pour ordonnance. En première page, le patient y indique son identité et sa date de naissance. Sur les pages 2 et 3, des emplacements spécifiques sont prévus pour inscrire les coordonnées du médecin hospitalier, de l’infirmier, du médecin traitant et du pharmacien. En dernière page, un mémo rappelle au patient les démarches importantes à réaliser pour...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires