Maintien du monopole mais ouverture du capital - Italie : les demi-mesures de Matteo Renzi

Maintien du monopole mais ouverture du capitalItalie : les demi-mesures de Matteo Renzi

02.03.2015

Le gouvernement d’unité nationale a fait marche arrière : le projet de loi qui comprenait de nouvelles mesures de libéralisation a été redimensionné. Contrairement à ce qui était prévu, les parapharmacies et les grandes surfaces ne seront pas autorisées à vendre des médicaments de catégorie C. En revanche il prévoit l’ouverture du capital des officines.

  • Le président du Conseil italien, Matteo Renzi

POUR LES TITULAIRES des officines italiennes, la libéralisation de la catégorie C, qui englobe 3 740 médicaments vendus exclusivement sur ordonnance et non remboursé par la Mutua, la Sécurité sociale italienne, aurait eu un impact négatif sur leur chiffre d’affaires. Selon la rumeur relayée depuis plusieurs mois par les associations de pharmaciens sur les réseaux sociaux et les sites spécialisés, le projet de loi concocté au départ par le président du Conseil Matteo Renzi, fervent...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Impots

À la Une Fiscalité : ce qui vous attend en 2018 Abonné

Hausse de la CSG, fin du RSI, baisse du taux de l’impôt sur les sociétés, rabotage du CICE ou encore programmation de l’imposition à la source… Entre promesses de campagne du candidat Macron et mesures prévues par l'ancien gouvernement, l’année 2018 augure quelques bouleversements dans la fiscalité des titulaires. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.