Le Gardasil 9 préviendrait 90 % des cancers HPV

Le Gardasil 9 préviendrait 90 % des cancers HPV

Mélanie Maziere
| 19.02.2015
  • Le Gardasil 9 offre une protection encore plus large que le Gardasil.

Le Gardasil 9 est le nouveau vaccin anti-HPV développé par le laboratoire américain Merck & Co. Alors que son prédécesseur, le Gardasil, protège contre les sérotypes 6, 11, 16 et 18, le nouveau vaccin s’attaque en plus aux HPV 31, 33, 45, 52 et 58. Ces 5 sérotypes supplémentaires sont responsables d’environ 20 % des cancers de l’utérus et de 30 % des lésions précancéreuses intraépithéliales du col de l’utérus. L’agence du médicament américaine (FDA) a autorisé ce nouveau vaccin le 10 décembre dernier en s’appuyant notamment sur une large étude incluant plus de 14 200 femmes âgées de 16 à 26 ans. Cette étude, publiée hier dans le New England Journal of Medecine, fait état d’une efficacité à 97 % sur les cancers cervicaux, vulvaires et vaginaux dus au HPV 31, 33, 45, 52 et 58. Elle met en avant une efficacité similaire entre les deux vaccins chez les filles et les garçons âgés de 9 à 14 ans, ainsi qu’un profil de tolérance identique. Selon les auteurs de l’étude, « Gardasil 9 présente le potentiel d’amener la protection générale contre le cancer du col de l’utérus de 70 à 90 %, éliminant presque ce cancer chez les femmes vaccinées ». Ils rappellent que la vaccination doit intervenir avant que les jeunes femmes soient sexuellement actives. Aux États-Unis, le Gardasil 9 est indiqué chez les femmes de 9 à 26 ans, dans la prévention des cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve et de l’anus dus aux HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52 ou 58 ; des lésions précancéreuses de haut grade du col de l’utérus, de la vulve, du vagin et de l’anus dues aux HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 ou 58 ; et des verrues génitales dues aux HPV 6 ou 11. Il est également indiqué chez les garçons de 9 à 14 ans dans la prévention des cancers de l’anus dus aux HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52 ou 58 ; des lésions précancéreuses anales dues aux HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 ou 58 ; et des verrues génitales dues aux HPV 6 ou 11. Le Gardasil 9 n’est actuellement autorisé qu’aux États-Unis, avec un schéma vaccinal de trois doses à administrer en six mois. En Europe, les vaccins contre les papillomavirus humains disponibles sont le Cervarix de GSK, efficace sur les HPV 16 et 18, et le Gardasil.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires