Bientôt en vente libre dans les pharmacies - Allemagne : la pilule du lendemain fait polémique

Bientôt en vente libre dans les pharmaciesAllemagne : la pilule du lendemain fait polémique

19.02.2015

Faisant suite à une décision européenne, l’Allemagne va mettre en vente libre, dès le 15 mars, la « pilule du lendemain » qu’elle continuait jusque-là à soumettre à prescription médicale. Les pharmaciens se réjouissent de cette décision, qui aura aussi des répercussions indirectes pour les officinaux français, qui en vendaient jusqu’à présent souvent aux Allemandes désireuses d’éviter une consultation pour l’obtenir.

  • La délivrance à l’officine à partir du 15 mars se fera dans le cadre d’un protocole spécifique

L’ALLEMAGNE faisait partie des derniers pays européens, avec la Pologne et l’Italie, à réserver la pilule du lendemain à la prescription, en avançant principalement des raisons médicales et de sécurité. Le syndicat et les sociétés savantes de gynécologues, mais aussi l’Ordre, se sont toujours opposés à son switch vers l’OTC, et considèrent que sa prescription doit se faire dans le cadre d’une consultation globale, notamment pour prévenir une banalisation de la prise. À l’inverse, de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires