Les pharmaciens plébiscités pour la vente d’objets connectés, mais non pour leur lecture

Les pharmaciens plébiscités pour la vente d’objets connectés, mais non pour leur lecture

29.01.2015
  • Les pharmaciens plébiscités pour la vente d’objets connectés, mais non pour leur lecture-1

Les applications des objets connectés dans le domaine de la santé sont bien perçues par les patients. C’est la conclusion d’un sondage réalisé début janvier auprès de 1 001 personnes par l’IFOP pour PHR. Le groupement s’est lancé en décembre dernier dans la commercialisation de produits connectés (balance, oxymètre, autotensiomètre, thermomètres, brosses à dents…) en coopération avec la société Lick.

Les résultats du sondage font apparaître que si seulement 13 % des personnes...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Dr Gnon Pharmacien 30.01.2015 à 13h15

C'est très bien que le patient s'en occupe lui-même , on a autre chose à faire de plus important , merci !

Répondre
 
NICOLAS T Pharmacien 16.02.2015 à 05h50

De plus importants que s'occuper des PATIENTS ?????? Comme quoi par exemple ? Mous m'intriguez nous ne sommes pas des professionnels de santé ?
ça tourne pas rond là ....
C'est NOTRE BOULOT de nous Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 18

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.