Un mois après sa mise en place - L’honoraire déjà chahuté

Un mois après sa mise en placeL’honoraire déjà chahuté

26.01.2015

Il y a presque un mois, les honoraires de dispensation sont devenus une réalité au comptoir. Si quelques ajustements semblent encore nécessaires, en particulier avec certains organismes complémentaires, il n’y a pas eu le grand « bug » redouté. Toutefois, une question fait encore débat : faut-il facturer l’honoraire aux patients quand il n’y a pas de prescription ?

  • Les pharmaciens rencontrent encore aujourd'hui de nombreux soucis avec le fichier prix du CEPS

FAUT-IL faire payer l’honoraire aux patients lorsque la dispensation d’un médicament se fait sans ordonnance ? La question suscite de nombreuses discussions au sein de la profession. Et la tension monte même entre certains groupements (voir notre article ci-dessous). Il est vrai que l’avenant à la convention pharmaceutique instaurant la nouvelle rémunération mixte est sujet à interprétation. Son article 1er stipule ainsi que « les honoraires de dispensation (…) sont facturés par le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 5 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.